introduction:

Publié le par Marie-Toshy

Dans une vieille Europe baroque, dirigée par le commerce, déchirée par les guerres, Krim, une gamine des rue d’Amsterdam tente de survivre en vendant du Spice, une drogue dont elle est, elle aussi, dépendante.
Et parce que les 300 grammes qu’elle doit rembourser lui fondent entre les doigts, Krim n’a plus d’autre choix que de disparaître très vite.
Mais Krim dérape, dérive, et beaucoup trop de monde s’intéresse à la petite défoncée.
 Il y a bien plus de 300 grammes en jeu … Il y a le poids des âmes.

Commenter cet article

Aymeric 03/09/2010 06:32


Bonjour,

Je viens de découvrir votre BD sur Bedeo, un peu par hasard. J'ai du mal à croire que vous ne soyez pas publié, votre BD semble tellement aboutie.
Au début j'ai cru à une nouvelle oeuvre de la collection Noctambule de Soleil, mais cette collection est réservée aux adaptations de romans.
Avez vous tenté l'aventure Manolosantis ? Je n'ai jamais été vraiment attiré par leur oeuvres mais là, votre truc, ça à l'air de vraiment être bien.

J'espère pouvoir vous lire en version papier prochainement.


Marie-Toshy 05/09/2010 22:18



salut, tout d'abord merci pour t'intérêt et pour ton encouragement,


pour ce qui est de Manolosantis, je dois dire que je suis vraiment contre ce genre de portail.


je n'ai évidement rien contre les gens qui décident de passer par là, mais perso j'ose encore croire que l'édition est un métier à part entière et l'histoire de l'édition a prouvé plus d'une fois
que certaines oeuvres ont vu le jour et ont rencontré un public par la collaboration avec un éditeur qui était à l'écoute de son auteur (hugo prat était insulté par les lectuers de PIF à
l'époque, ZEP devoit voir Titeuf s'arrêter au 3e tomes pour faute de vente...etc sans l'appui de leur directeur éditoriaux, leur carrière aurait pris un tout autre visage. (ceci ne sont que des
exemples et je ne me mesure pas à eux, loin de là)


Si l'édition est partie pour devenir le choix de la volks populi...nous ne risquons pas de revoir certains livres forts réapparaitre. je crains fort que tout les livres ne deviennent que des
ramassis de récits proches des banalités dignes des magasines peoples...


j'essaie de voir la Bd comme un moyen d'expression à part entière ( tout comme un peintre, un photographe ou un écrivain), je ne pense pas que l'ont doivent raconter des choses qui plaisent au
piblic nécessairement...sinon on tombe dans l'étude de marché, et même si l'on termine en livre et donc en produit, je ne pense pas que l'on doit nécessairement concevoir notre travail de la
sorte.


 


Après, je ne suis naïf et je connais le réseau éditorial ayant fait quelques livres avant, je sais aussi qu'il est rare de trouver ce genre de relation priviégiée avec un éditeur en 2010.


Mias quoiqu'il arrive, ce récit fait +- une centaine de pages et je le dessinerai jusqu'au bout.


Si ce projet voit le jour en livre, j'en serai bien entendu ravi !


encore merci pour ton intérêt !



draw-draw 01/08/2010 21:01


Ca commence super bien les gars ! J'ai mis votre blog en lien sur le mien dans la catégorie "BD". C'est pas pour le monde que ça va vous ramener, mais bon...